Unité Pastorale des Prieurés

Archives: 2015

Suite aux attentats de Paris, les musulmans sont stigmatisés pour les actes terroristes dans lesquels l’Islam n’a aucune responsabilité. Beaucoup d’entre eux ont peur et se sentent montrés du doigt.
Les paroissiens de Seneffe et Bryan Sultana ont rencontré les responsables de la Mosquée de La Louvière et de Fayt pour leur apporter un message d’amitié et de solidarité. L’accueil, autour d’un thé à la menthe, a été chaleureux et l’enthousiasme au rendez-vous.
Ensemble, sur base de leurs valeurs communes de partage, nous avons décidé d’apporter notre aide aux réfugiés hébergés au centre Fédasil de Morlanwelz. .
Via les ateliers de la parole et les messes des familles, nous assurerons le suivi du projet.

L’Unité Pastorale des Prieurés en refondation

Une assemblée élargie s’est tenue à Seneffe le 3 octobre au cours de laquelle nous avons présenté les cinq chantiers . La liturgie, la diaconie, les jeunes, la communication et l’initiation chrétienne sont nos priorités pour les cinq prochaines années. Le 12 octobre, plus de soixante personnes se sont retrouvées pour travailler les sujets en fonction de leur expérience et à la lumière des décrets synodaux.

Parmi les pistes envisagées pour le premier chantier : la mise sur pied d’une équipe liturgique, l’ensemble vocal des Prieurés, l’importance des formations, la pastorale des malades et des funérailles. Que faut-il privilégier : le rassemblement ou l’Eucharistie ? Proposition de mise en œuvre de la liturgie des heures, du sacrement de la réconciliation. Comment favoriser la participation d’un plus grand nombre ? Covoiturage ? Publicité ? Accueil ?

Les participants au groupe sur la diaconie mettent en avant le lien avec les personnes âgées, isolées, malades. La solidarité en ce temps de crise est d’actualité et gagne en intensité avec la problématique de l’accueil des migrants. Comment manifester la visibilité de la présence chrétienne au travers des services rendus. On attend des contacts plus humains et intergénérationnels. Comment détecter les personnes en réelles difficultés ? Quelle collaboration avec les associations déjà existantes ? On insiste pour privilégier les actions concrètes.

Et les jeunes? Après un état des lieux des groupes existants et de la pastorale scolaire mise en place, on se pose la question des destinataires : à quels jeunes s’adresse-t-on ? Ne serait-il pas opportun de proposer des débats et réflexions sur les thèmes de vie ? Comment rendre plus vivantes les liturgies pour que les plus jeunes générations s’y sentent plus accueillies ? De quels outils dispose-t-on ? Que proposer pour les JMJ ? Quel lieu leur proposer ?

La communication peut être une piste pour contrer le regret d’un repli sur soi. Comment mieux utiliser les compétences de tous ? Unanimité pour dire qu’il faut mieux faire circuler les informations. Meilleure utilisation du site. Intérêt de constituer une base de données fiables et mises à jour. Qui fait quoi dans chaque paroisse ? Urgence d’un état des lieux pour identifier les différents secteurs et les besoins.

Enfin, l’initiation chrétienne dépasse le cadre strict de la catéchèse des enfants. On a beaucoup évoqué la préparation des jeunes familles qui demandent un baptême. Il y a un intérêt à être témoin dans un monde multiconfessionnel dont la culture religieuse est en friche. C’est le Seigneur qui travaille mais il a besoin de nous. Le sujet est ardu.

LECTURE DE SAINT THOMAS D’AQUIN
POUR L’OFFICE DU CORPS DU CHRIST

Le mystère de l’Eucharistie.

Le Fils unique de Dieu, voulant nous faire participer à sa divinité, a pris notre nature afin de diviniser les hommes, lui qui s’est fait homme.

En outre, ce qu’il a pris de nous, il nous l’a entièrement donné pour notre salut. En effet, sur l’autel de la croix il a offert son corps en sacrifice à Dieu le Père afin de nous réconcilier avec lui ; et il a répandu son sang pour qu’il soit en même temps notre rançon et notre baptême : rachetés d’un lamentable esclavage, nous serions purifiés de tous nos péchés.

Et pour que nous gardions toujours la mémoire d’un si grand bienfait, il a laissé aux fidèles son corps à manger et son sang à boire, sous les dehors du pain et du vin.

Banquet précieux et stupéfiant, qui apporte le salut et qui est rempli de douceur ! Peut-il y avoir rien de plus précieux que ce banquet où l’on ne nous propose plus, comme dans l’ancienne Loi, de manger la chair des veaux et des boucs, mais le Christ qui est vraiment Dieu ? Y a-t-il rien de plus admirable que ce sacrement ? ~

Aucun sacrement ne produit des effets plus salutaires que celui-ci : il efface les péchés, accroît les vertus et comble l’âme surabondamment de tous les dons spirituels !

Il est offert dans l’Église pour les vivants et pour les morts afin de profiter à tous, étant institué pour le salut de tous. Enfin, personne n’est capable d’exprimer les délices de ce sacrement, puisqu’on y goûte la douceur spirituelle à sa source et on y célèbre la mémoire de cet amour insurpassable, que le Christ a montré dans sa passion.

Il voulait que l’immensité de cet amour se grave plus profondément dans le cœur des fidèles. C’est pourquoi à la dernière Cène, après avoir célébré la Pâque avec ses disciples, lorsqu’il allait passer de ce monde à son Père, il institua ce sacrement comme le mémorial perpétuel de sa passion, l’accomplissement des anciennes préfigurations, le plus grand de tous ses miracles ; et à ceux que son absence remplirait de tristesse, il laissa ce sacrement comme réconfort incomparable.

Qu’est-ce que la messe qui prend son temps ?

La messe qui prend son temps est une messe qui veut donner son temps :

à Dieu : dans la prière silencieuse (20 minutes)
aux frères : dans le partage de notre méditation sur les textes liturgiques
« instruisez-vous en toute sagesse par des admonitions réciproques » Col 3,16

Mgr Rouet a ces paroles fortes, qui peuvent nous inspirer pour notre sujet :

« Il paraît clair qu’il faut revoir le mode de présence de notre Église au monde. Une parole qui vient d’en haut, qui n’est pas engagée dans un dialogue (…) ne peut être crédible; (…) Notre monde n’écoute que ce qui est prononcé à partir d’une véritable fraternité. Sans partage, il ne peut y avoir d’acquiescement vrai. Seulement du rejet. L’Église oublie parfois de se demander si elle est comprise. » (Mgr Albert Rouet).

Cette « messe qui prend son temps » (MT) est née dans l’église St Ignace, siège parisien de la communauté jésuite, mais on la retrouve un peu partout, en France (Lyon, Toulouse, Strasbourg, Marseille, Mulhouse, Pau et même à l’île Maurice) et en Belgique (Bruxelles, Mons, Liège ([1]), Mesvin ([2])…)

Le Cardinal Martini avait eu cette intuition qu’il faut permettre aux chrétiens de connaître et de prendre du temps avec la Parole de Dieu, car c’est la base de la vie chrétienne. Un article de Joséphine Bataille dans la revue « La Vie » du 8 janvier 2009 explique :

« La célébration se différencie d’une messe classique à partir du psaume. L’Evangile est d’abord lu par une voix sortie de l’assemblée, puis relu par chacun en silence. Commenté une dizaine de minutes par le célébrant, il est ensuite proclamé à l’ambon, avant d’être au cœur de 20 minutes de méditation personnelle. Puis chacun est invité à partager dans un petit groupe ce qui l’a « touché dans sa prière ». « Ça ne dure que quelques minutes, commente Olivier, fidèle à la MT depuis 5 ans, mais, pour moi, c’est aussi ce qui fait la différence : on a tous un petit mot à donner et à recevoir ».

Je reprends l’article de Mr l’abbé Paul Druet, prêtre auxiliaire de l’UP de Tournai-Est, dans la revue « Église de Tournai » de novembre 2013, à la page 529. Il explique qu’une équipe a pris la responsabilité de cette messe (mensuelle), qui veut « répondre à l’attente de ceux qui aspirent à vivre la messe autrement. Son originalité est d’offrir 20 minutes de silence pendant lesquelles chacun essaie de prier personnellement, à la place et dans l’attitude qui lui convient.

Cette célébration se déroule en 5 étapes :

écoute de la Parole de Dieu
prière personnelle
partage
eucharistie
temps d’amitié
À Tournai-Est, elle est organisée chaque mois dans une église différente de l’UP.

Ceux que cela intéresse peuvent consulter un article de Jean-Marc FURNON, sj, dans la revue « Christus » n°219 (juillet 2008), pp.342-349.

C’est une messe pour des jeunes ; début octobre 1999 ; parfois jusqu’à 300 personnes. Chaque dimanche soir des étudiants (1/4 de l’assemblée), des jeunes professionnels (la moitié) et d’autres personnes qui désirent s’y associer.

On peut lire aussi une analyse sociologique de la MT par Marie BALAS : « Des Exercices spirituels dans une eucharistie : la Messe qui prend son temps », La Maison-Dieu, septembre 2008.

« À Liège, depuis le 8 décembre 2008, Jean-Pierre Pire, doyen de Liège rive droite (Outremeuse) et Elisa di Pietro, récente coresponsable du SDJ (Service Diocésain des Jeunes), séduits par cette sympathique manière de faire qui nous plonge aux sources même de la célébration des premières communautés chrétiennes, se réjouissent d’accueillir des chrétiens de tous âges provenant de l’Unité pastorale, de toute la ville de Liège et parfois d’au-delà. » (Denis Joassart, dans Dimanche Express N°5, 5 février 2012).

Interéssé ? Les messes quui prennent leur temps sont présidées par le père Marc Cortembos.Rendez-vous sur la page de l’horaire des messes pour connaitre les dates de célébration.

[1] Liège-Outremeuse (église St Nicolas) : voir « Dimanche-Express » N°5 (février 2012)

[2] Mesvin : voir « Église de Tournai » Octobre 2013, p.467

Paroissiens, Paroissiennes, Ami(e)s du Christ.
C’est avec joie que nous vous informons de l’ouverture de notre nouveau site internet : www.paroisses-manage.be

Après plusieurs semaines de développement, nous sommes heureux de pouvoir vous présenter notre unité pastorale.
Ce site a été pensé pour vous. Il vous permettra d’avoir l’agenda des messes à jour, connaître les informations pour un baptême, un mariage, etc… Il permettra d’accompagner notre essor commun. et de faciliter vos démarches.

N’hésitez pas à nous contacter par le biais du formulaire de contact. Nous espérons que vous apprécierez autant que nous cette nouvelle plateforme et qu’elle nous permettra d’être encore plus proches de vous. Nous vous souhaitons une agréable découverte du site.

Très cordialement,
Abbé Théophile Kisalu

Unité Pastorale des Prieurés

Place Albert Ier, 3
7170 Fayt-lez-Manage.

E-mail: info.prieures@gmail.com

Notre communauté

Notre Unité recouvre les communes de Chapelle-lez-Herlaimont, Manage et Seneffe. Composée de 16 paroisses pour environ 47000 habitants, elle est située dans la région du Centre.