Connexions des Prieurés: Dimanche 20 décembre 2020 : 4ème dimanche de l’Avent.

L’annonce de la reprise de nos célébrations publiques suivant la réglementation en vigueur limitant à 15 le nombre maximum des participants en fonction d’un espace de 10m2par individu a suscité plusieurs inquiétudes non moins fondées. Sur base de quel critère pourrait-on admettre certaines personnes dans nos eucharisties et en exclure d’autres? Existerait-il un critère susceptible de susciter l’unanimité? Lequel ? En EAP, nous avons pris conscience de la perplexité de ce que pourrait bien occasionner une telle mesure. Même en multipliant les messes par 10 nous n’arriverions certes pas à faire participer tout le monde à nos célébrations…
Voilà pourquoi, nous nous sommes finalement rabattus au système d’inscription au préalable que nous avons estimé plus sage en vous exhortant si possible d’accepter une alternance (par exemple 1 dimanche sur 2). Il est vrai qu’il ne saurait pas non plus mettre tout le monde d’accord surtout lorsqu’on sait que la messe de Noël attire généralement beaucoup de monde. Nous n’avons pas d’autres solutions pour le moment qui pourraient être originales, à moins que vous nous en proposiez une. Et si tout le monde peut être compréhensif, ce serait déjà le début d’une solution… D’autres annonces nous les reprendrons sous notre rubrique : « Les brèves de notre UP ».
Pour l’instant, nous vous offrons les textes liturgiques de ce 4ème dimanche de l’avent et une méditation qui pourrait vous permettre d’intérioriser les lectures de ce jour.

Blaise AFWANISU,
Votre curé

.

Liturgie de la Parole:

  • 1ère lecture : 2 S 7,1-5.8b-12.14a.16 : De la dynastie davidique sera issu le Messie : Le Seigneur annonce au roi David qu’il lui fera lui-même une maison, qu’il suscitera dans sa descendance un successeur, qui naîtra de lui, et rendra stable sa royauté.
  • Psaume 88 (2-3,4-5,5327.29-) «J’ai juré à David, mon serviteur, j’établirai ta dynastie pour toujours, je te bâtis un trône pour la suite des âges. »
  • 2ème lecture : Rm 16,25-27 : « Dieu nous rend forts grâce à l’Evangile proclamé par le Christ dont Paul est le témoin ».
  • Évangile : Luc, 1, 26-38 : L’annonciation
    En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils, tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut, le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son Père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Elisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Méditons…

Les lectures de ce dimanche mettent devant nos yeux deux personnages majeurs de l’histoire du salut : David et Marie. Le premier désire construire une demeure pour son
Dieu et l’autre est elle-même la demeure que choisit son Dieu.
I – Marie et l’ange de l’Annonciation
Commençons par Marie. La scène de l’Annonciation qui nous est décrite dans le texte de saint Luc a été représentée de multiples façons dans l’art. En général on voit l’ange dans une position debout et Marie agenouillée dans une attitude de prière. Il y a cependant une autre tradition qui inverse les positions. Marie est assise ou même agenouillée, mais l’ange s’approche en mettant un ou deux genoux à terre dans une attitude de vénération pour cette jeune fille devant lui. C’est le cas de la représentation de l’Annonciation par Simone Martini qui accompagne ce texte sur internet.

J’aime beaucoup ce dernier type de représentation de l’Annonciation faite à Marie. Elle tourne nos yeux vers Marie plutôt que vers le messager. Elle met en évidence le mystère d’une présence en elle : « Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut. » Marie, annonce l’ange, devient la demeure du Fils de Dieu qui prend chair en elle. Elle le sera éternellement. C’est un rôle unique. Elle devient Mère de Dieu comme le proclamera le Concile d’Éphèse en 431.
Noël n’est rien d’autre que l’apparition à la lumière de Celui qui est la Lumière du monde. Porté par Marie pendant neuf mois, il est offert au monde, mais il continuera de demeurer spirituellement en elle jusqu’à la fin de sa vie et même jusque dans la gloire du ciel. Une mère porte toujours son enfant en elle quelque que soit les péripéties de la vie. Marie ne fait pas exception. Elle se retrouvera au pied de la croix, Mère des douleurs qui devient alors notre mère puisque Jésus la donne à toute l’Église en disant à l’apôtre Jean qui nous représente « Voici ta mère » (Jean 19, 27).
II – Une autre demeure
Pour comprendre le caractère unique de ce rôle de Marie, nous pouvons réécouter la première lecture. Dans ce passage du livre de Samuel, on entend Dieu qui parle à David par le prophète Nathan. Il se cherche une demeure chez les humains. David dans un premier temps pense à une demeure de pierre, solide et à l’épreuve du temps. Mais Dieu lui indique qu’il habitera plutôt dans la famille de David. Il veut se bâtir une maison humaine et non une maison de pierre. C’est ce qui est affirmé dans les dernières phrases qui disent : « Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours. »
Qui rendra stable le trône de David ? L’enfant que porte Marie. « Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père » dit l’ange à Marie. C’est lui qui siégera sur le trône de David. Il est l’Envoyé promis et le Messie attendu. Au fil des âges, c’est cette continuité de l’amour de Dieu qui se déploie en Jésus. Saint Paul le proclame en disant aux Romains que l’Évangile qu’il proclame c’est Jésus-Christ, mystère maintenant manifesté et « porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l’obéissance de la foi » comme il est dit dans la deuxième lecture. La célébration de la Nativité de Jésus est l’occasion de le dire avec force aujourd’hui en reprenant le chant des bergers « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux
hommes, qu’Il aime. » (Luc 2, 14)
III – Application
Le temps de l’Avent nous aide à nous préparer à fêter Noël. Depuis le début du temps de l’Avent nous avons partagé les attentes de Jean-Baptiste, le Précurseur, et, ce matin, nous nous tenons tout près de Marie. Nous sommes nous aussi visités par l’ange qui vient de la part de Dieu nous annoncer que désormais nous sommes choisis comme demeures de Dieu. « Tu es toi-même la demeure où il habite, la retraite où il se cache… » écrit saint Jean de la Croix dans son poème Cantique spirituel. « La seule difficulté, continue-t-il, c’est que tout en résidant en toi, il y demeure caché. » C’est ce qui arrive dans le mystère de Noël : Dieu se cache sous les traits d’un enfant. Dieu se fait petit. Lorsque nous nous retrouverons à Noël autour de la crèche nous ne ferons pas autre chose que de nous agenouiller devant un enfant qui est le Sauveur du monde, le Fils de Dieu qui établit sa demeure parmi nous : « Emmanuel » Dieu avec nous. Sa faiblesse nous montre comment notre Dieu se penche avec amour sur notre humanité. Il se fait présent dans nos vies sans coups d’éclats, simplement. Il demeure en nous comme dans la crèche et il nous attend comme il a attendu les bergers et les mages à Bethléem. Le mystère de Noël exprime dans la simplicité d’une naissance la grandeur et la beauté d’un Dieu qui demeure chez nous, avec nous et en nous.
Conclusion
Vous voyez que les lectures de ce matin sont une belle préparation à la fête de Noël. Elles nous ont permis de dégager comme piste de méditation le thème de la demeure de Dieu parmi nous. Cette demeure a pris un visage humain dans David et dans Marie. Elle peut aussi prendre ton visage ou le mien. Tu es toi-même appelé à être une demeure pour l’enfant qui naitra et ainsi le mystère de Noël sera pour toi celui d’une nouvelle naissance du Verbe de Dieu dans ta vie et dans celles des personnes qui te côtoieront durant le temps des Fêtes. C’est ce que je nous souhaite comme cadeau de Noël cette année! Amen!

(Homélie de Mgr Hermann Giguère P.H. pour dimanche 20 décembre 2020)

Hymne : Vienne la rosée sur la terre


Vienne la rosée sur la terre, Naisse l’espérance en nos cœurs, Brille dans la nuit la lumière Bientôt va germer le Sauveur. Au désert un cri s’élève Préparez les voies du Seigneur.
Berger d’Israël, tends l’oreille, Descends vite à notre secours ;
Et nos yeux verront tes merveilles, Nos voix chanteront ton amour, Fille de Sion, tressaille,
Le Seigneur déjà vient vers toi.
Réveille, ô Seigneur, ta vaillance,
Etablis ton règne de paix ;
Que les peuples voient ta puissance, Acclament ton Nom à jamais. L’univers attend ta gloire,
Et nous préparons ton retour.

(Hymne du temps de l’Avent dans Prière du temps présent)

Les brèves de notre UP

Si vous souhaitez participer aux célébrations eucharistiques dans nos différents clochers, n’oubliez pas de vous inscrire. Pour l’entité de Seneffe, Anne- Marie Cocriamont assure l’inscription le jeudi soir au Secrétariat de Seneffe ; Pour l’entité de Chapelle, une permanence se tient le samedi de 9h à 12h à l’église Saint Germain de Chapelle; Pour l’entité de Manage, les inscriptions se font par clocher : Pour le clocher de La Hestre: Gilbert Van Den Driessche 0474/ 23 68 01 ; Pour le clocher de Fayt St Gilles: Bernadette Antoine, 0498/ 76 54 68 ; Pour le clocher de Fayt Ste Barbe: Joseph Strale, 064/54 83 12 ; Pour le clocher de Bois d’Haine: Angela Meniconi, 064/ 54 14 39 ; Pour le clocher de Manage: Jeanne Bilteryst, 0496/ 53 60 98.

Si vous exprimez le désir de communier après avoir suivi une messe diffusée, n’hésitez pas de le demander au prêtre résident de votre clocher.

Le 24 décembre 2020, de 15h00 à 17h00, à Seneffe, les enfants de catéchèse participeront à une démarche catéchétique qui sera un moment formel avec le prêtre et qui aboutira à la bénédiction du petit Jésus de leurs crèches respectives. Ceux de

Bois d’Haine le feront ce dimanche 20 décembre, de 11h à 11h30. Chapelle et Manage le feront suivant le programme à convenir avec leurs catéchistes respectifs.

Nous reprenons le programme des messes en semaine suivant l’horaire habituel. Lundi à Chapelle, de 17h00 à 18h00 et jeudi à La Hestre, de 14h00 à 16h00, vous avez la possibilité d’avoir en plus un temps d’adoration et d’écoute.

Après chaque messe en semaine, le sacrement de réconciliation est proposé aux personnes qui le souhaitent.

Durant l’octave de la Nativité, vous aurez également la possibilité de participer aux célébrations eucharistiques à partir de 18h00 dans quelques-uns de nos clochers suivant le programme qui vous sera bientôt communiqué.

La messe de Noël programmée le 25 décembre 2020 à 9h30 à Piéton sera finalement célébrée à 11h00 afin de permettre à l’organiste Yves de l’animer après celle de Godarville.

La messe prévue à Bellecourt le 03 janvier 2021 est supprimée, suite à une panne de chauffage. Elle a par conséquent été reprogrammée à la Hestre, à 9h30. Découvrez en annexe le nouveau programme.

Ils nous ont quittés…


Funérailles à Seneffe : Monique Schampaert et Marcel Sauvage
Funérailles à Saint Gilles-Fayt-lez-Manage : Pierre Vanden Herrewegen et Rocco Vigna Funérailles à Sainte Barbe-Fayt-lez-Manage : Wautier Christine
Funérailles à Godarville : Marthe Gérard
Accompagnement au départ chez les Pompes funèbres du centre : Marie-Rose Godts Funérailles à célébrer le 21 décembre 2020 à Godarville : Bougard Marc

Bon dimanche !